Nouvelles d'octobre de la maison.

Terrasse illuminée par les spots le soir.
Terrasse illuminée par les spots le soir.

Bientôt le changement d'heure et l'hiver qui va arriver. La saison n'aura pas été à la hauteur de nos espérances. Entre les élections de mai et juin et la pluie qui a été un peu trop présente jusqu'à la mi-juillet, le potager et les abeilles auront beaucoup souffert du manque de soleil. On espérait avoir un mois d'octobre aussi agréable que l'année dernière, mais ce n'est pas tout à fait le cas (même si ce samedi 13, on nous annonçait de la pluie et que le soleil a brillé la majeure partie de la journée avec quelques averses très courtes).

 

Nous avons fait quelques transformations cette année. La plus importante a été notre ancienne chambre qui a été entièrement refaite et modifiée afin d'obtenir 3 épis. Ce qui fut chose faite le 12 juillet.

 

Deux transformations ont été opérées dehors, tout d'abord la terrasse côté cour avec les spots encastrés, puis le prolongement de la petite terrasse côté salle à manger qui est désormais plus grande. Il fait bon y prendre un thé et se reposer dans une méridienne.

 

J'ai quelques tomates qui mûrissent avec des semaines de retard. J'en ai mangé plusieurs qui étaient délicieuses et j'ai récupéré les graines pour mes semis de l'an prochain. Je compte acheter une seconde serre pour opérer une rotation. En plus, les aubergines et les oignons qui étaient avec les tomates n'ont pas supporté la concurrence. Elles ont capté l'eau abondamment, laissant leurs voisins végéter.

 

Côté ruches et miel, j'ai été déçu de constater que les abeilles n'ont pas construit d'alvéoles pour stocker le miel dans les hausses que j'ai installées sur chaque ruche. Elles ont comblé tout le corps de la ruche de miel et elles ont essaimé après le 15 août avec plus d'un mois de retard par rapport à ce qui se passait dans la région habituellement. J'ai été contrarié de découvrir que dans l'une des 2 ruches actives (la 3e a succombé à l'hiver dernier) les ouvrières n'ont pas élevé de nouvelle reine. La colonie est devenue bourdonneuse et est en train de décliner. Elle ne passera pas l'hiver car les ouvrières ne peuvent pondre que des mâles stériles qui vont consommer toutes les réserves de miel. Les ouvrières vont disparaître peu à peu et les mâles iront se faire nourrir dans d'autres colonies.

 

Dès qu'il fait un peu de soleil, les abeilles sortent pour collecter le pollen du lierre qui est en fleurs sur l'ancien lavoir à côté de la salle à manger. C'est la dernière fleur qui leur permet de faire un miel très nutritif pour passer l'hiver. Mais j'irai leur donner du sirop pour m'assurer qu'elles auront assez à manger pour passer la période de froid qui s'annonce. Je suis en quête de nouveaux essaims pour mes 2 ruches, l'une vide, l'autre qui ne tardera pas à l'être. Les apiculteurs professionnels aussi ont eu des soucis. La récolte a été très médiocre cette année et certains ont perdu plus d'un tiers de leur rucher. Les ouvrières n'ont pas élevé de reine après l'essaimage et les ruches sont en train de péricliter.

Je vais préparer le jardin pour l’année prochaine. Je compte agrandir la partie « jachère apicole » derrière la maison, près de la haie où j’ai repiqué des framboisiers qui nous font le plaisir de continuer de donner des fruits délicieux. Nous avons fait de la gelée de framboises avec des framboises roses mais aussi des jaunes, et le goût de la gelée est très subtil, c’est un vrai régal. J’ai congelé quelques framboises pour les utiliser plus tard dans des desserts.

 

J’espère avoir le temps d’aller aux champignons, mais s’il fait trop froid, je risque de ne pas trouver grand-chose. La saison de la chasse ayant ouvert, il faudra que je m’habille en rouge pour être vu de loin et éviter un accident.

 

Voilà pour les nouvelles et l'ambiance de ce mois d'octobre. Nous sommes aussi en attente de labellisation "Tourisme et Handicap", la visite aura lieu le 23 octobre et si tout va bien, nous pourrons avoir le label et communiquer sur l'accessibilité d'une de nos chambres. On croise les doigts mais on a fait vraiment tout ce qu'on pouvait pour obtenir le précieux sésame. Nous souhaitons pouvoir accueillir tous les publics dans notre maison, dans leur diversité. Le fait que ma soeur ait été accidentée de la route et ait passé plusieurs mois en fauteuil roulant en 1987 m'avait sensibilisé au problème du handicap, et la même année, j'étais embauché à l'Institut National du Jeune Sourd de Paris au centre ERASME où le sous-titrage pour les sourds et les malentendants a été inventé. Je suis donc soucieux de penser à tout le monde quand je reçois des hôtes et j'espère pouvoir le faire savoir afin de faire découvrir les attraits de notre belle région à des personnes handicapées comme aux personnes valides.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0